Interviews croisées : un étudiant boursier et un mécène

Sedric Tao, 24 ans, étudiant  en Génie civil et bénéficiaire d’une bourse d’études « Trajets d’avenir / RATP», revient sur son expérience.

Après ma licence « Sciences pour l’Ingénieur, parcours génie civil », je suis entré en Master 1 Génie civil et infrastructures et j’ai poursuivi en master 2 Génie civil spécialité Travaux Publics. La bourse « Trajets d’avenir / RATP » m’a été versée durant ces deux dernières années de master, me permettant de me consacrer pleinement à mes études. En plus du soutien financier, ce dispositif de bourse avec mentorat m’a aussi permis de découvrir le fonctionnement de la RATP ainsi que les métiers qui s’y trouvent. Grâce aux rencontres avec mon mentor qui est salarié du groupe, j’ai pu obtenir des conseils, faire des visites de chantiers, avoir des éléments de réponses à toutes mes inquiétudes par rapport au monde professionnel. Aujourd’hui, je termine mon stage de fin d’études que j’ai pu réaliser au département ingénierie de la RATP dans la rénovation du viaduc de la ligne 6 et je continue d’être « coaché » par mon mentor, j’en suis très content et j’espère que cela durera !

Pascal de Romanovsky, Directeur de la Communication du GIM

La troisième promotion d’étudiants boursiers soutenus par votre organisation fait sa rentrée. Qu’est ce qui vous a encouragé à soutenir ce projet dans la durée ?

Le dispositif « Bourses Tremplin GIM A2I » a été mis en place avec la Fondation de l’université de Cergy-Pontoise et le Fonds A2i en septembre 2010. Depuis quatre ans, nous avons ainsi accompagné une quarantaine de jeunes méritants, issus de quartiers peu favorisés du Val d’Oise, sur des formations industrielles à l’IUT de Cergy-Pontoise. Il est intéressant pour nous de participer aux jurys de sélection et de suivre ensuite les lauréats avec des actions ciblées comme la recherche de stages, d’emplois d’été ou encore la visite d’entreprises adhérentes du GIM. Notre objectif est de leur permettre de mieux connaître les métiers de l’industrie et les possibilités professionnelles qui s’offrent à eux dans ce secteur tout en leur octroyant une aide financière afin de les aider à couvrir une partie des dépenses courantes de leur vie d’étudiant.

Vous accompagnez aussi le projet Cap Industrie. Parlez-nous de cette initiative, en quoi est-ce pour vous une thématique importante ?

Comme pour le dispositif des Bourses Tremplin, il s’agit de mieux faire découvrir les métiers de l’industrie à des jeunes qui n’ont pas forcément  connaissance de ce secteur et des métiers qu’il recouvre tout en répondant à un besoin d’emploi dans les entreprises industrielles de l’ouest parisien . Avec le service d’orientation et d’insertion de l’université de Cergy-Pontoise, nous agissons cette fois auprès des étudiants qui « décrochent » en première année en leur permettant de suivre un semestre d’orientation avant qu’ils n’accèdent à une formation industrielle de niveau Bac + 2 à la rentrée suivante. Les témoignages des bénéficiaires du dispositif nous encouragent à promouvoir cette action, comme nous  nous confiait récemment Lucas : « J’ai découvert la formation QLIO (Qualité, logistique industrielle et organisation) à l’IUT de Cergy-Pontoise, que je ne connaissais pas, et j’ai décidé de l’intégrer en apprentissage. Je suis aujourd’hui très content de ce choix, et me vois bien travailler plus tard dans la logistique et la gestion de flux. » »

*Fonds Agir pour l’Insertion dans l’Industrie

**Groupe des Industries métallurgiques de la Région parisienne