PSI, une entreprise engagée pour l’école de demain

Laurent Jeannin, enseignant-chercheur en sciences de l’éducation à la Université de Cergy-Pontoise et titulaire de la Chaire : « Transition² : des espaces en transition à la transition des espaces », étudie l’aménagement des nouveaux espaces pédagogiques. Grâce au mécénat de l’entreprise PSI, PME spécialisée dans le numérique, ce sont les « classes mobiles » qui vont pouvoir être expérimentées dans plusieurs établissements du Val d’Oise et des Yvelines. L’entreprise a ainsi fait don de 63 tablettes qui constituent 6 « classes mobiles ».

IMG_0869

Transportées dans des valises, « les classes mobiles » seront mises à disposition des étudiants en Master MEEF-métiers de l’enseignement- pour une utilisation dans des classes de primaire lors des stages d’immersion. Elles seront également utilisées par les formateurs et le planning de réservation est déjà bien rempli. « Ce qui va nous intéresser, c’est la question de la mobilité, des usages et de la durabilité des outils » confie Laurent Jeannin. « Nous voulons savoir comment ces tablettes sont utilisées dans une classe, comment s’organisent les groupes d’élèves qui les utilisent et comme les enseignants se les approprient. » Il s’agit de réinterroger les rapports des usagers à leur environnement mais aussi les rapports entre enseignants et apprenants et de contribuer ainsi à la formation des futurs enseignants.

IMG_0886

Cette approche a convaincu le dirigeant de PSI, Jean-Louis Fernandes : « Les travaux menés cherchent à comprendre comment le numérique peut réinterroger les espaces et comment cette transformation d’espace peut entraîner une mutation de l’enseignement (…) Il y a un enjeu sociétal fort car si la technologie peut permettre une nouvelle acquisition des enseignements, elle peut aussi permettre de réduire les inégalités et donner un maximum de chances dès le départ aux élèves. » En accompagnant l’école de demain, PSI s’inscrit comme une entreprise citoyenne et engagée : « Nous sommes intimement convaincus que l’on crée de la richesse et de la valeur à partir du moment où, au sens large, l’entreprise est utile. »